Battle soop - Diplomacy - apprendre à négocier

Ordre convoi


« Précédent   Suivant »

Convoyer une armée à travers une province maritime

Une Flotte située dans une province maritime (pas une province côtière) peut Convoyer une Armée située dans n'importe quelle province côtière adjacente à la province maritime jusqu'à n'importe quelle autre province côtière adjacente à cette province maritime. Pour opérer de la sorte, l'Armée doit recevoir l'ordre d'Avancer jusqu'à la province de destination et la Flotte doit recevoir l'ordre de Convoyer l'Armée.

Une Flotte ne peut pas Convoyer une autre Flotte.

Rédiger un ordre de convoi

Tout comme un « S » indique un ordre de Soutien, la lettre « C » est utilisée pour indiquer un ordre de Convoi. Voici un exemple d'ordre de Convoi :

A Ank - Séb
F Noi C A Ank - Séb

Une même Flotte ne peut pas Convoyer plus d'une Armée au cours d'un même tour. L'ordre donné à la Flotte doit reprendre la province d'origine et la province de destination de l'Armée Convoyée. Tout comme pour un ordre de Soutien, l'ordre de Convoi reprend l'ordre d'Avancer de l'Armée convoyée. Par exemple, si l'Armée de Roumanie reçoit l'ordre d'Avancer en Arménie (A Rou – Arm) et si l'ordre de Convoi est rédigé avec Ankara comme destination finale (F Noi C A Rou – Ank), alors le Convoi échouera et l'Armée restera positionnée en Roumanie.

Note : les Flottes positionnées dans des provinces côtières (quelles qu'elles soient), y compris Constantinople, la Danemark et Kiel) ne peuvent pas convoyer.

Sur le schéma 19, la Flotte de la Mer du Nord Convoie l'Armée de Londres jusqu'en Norvège :

Schema 19

Angleterre :
A LON - Nge / F Nrd C A Lon - Nge

Un soutien ne peut pas être convoyé

Seules des Armées peuvent être Convoyées. Un Soutien ne peut pas être transporté depuis une Armée par Convoi jusqu'à une autre unité. Par exemple, les ordres indiqués ci-dessous en rouge sont illégaux et ne peuvent donc bien évidemment pas être résolus.

Angleterre :
A Pic - Bre
F Lon S A Pic - Bre
F Man C A Lon S A Pic - Bre

France :
F Bre xxx

Convoyer une armée à travers plusieurs provinces maritimes

Si des Flottes occupent des provinces maritimes adjacentes les unes aux autres, une Armée peut être Convoyée à travers toutes ces provinces en un seul tour, et finir son déplacement en occupant une province côtière adjacente à la dernière Flotte de la chaîne.

Sur le schéma suivant (schéma 20), l'Armée anglaise de Londres se rend en Tunisie en un seul tour de déplacement, avec l'aide du joueur français.

Schema 20

Angleterre :
A Lon - Tun
F Man C A Lon - Tun
F Atl C A Lon - Tun

France :
F MOc C A Lon - Tun

Couper un convoi

Déloger une Flotte participant à un Convoi provoque l'échec de ce Convoi. Si une Flotte ayant reçu un ordre de Convoi est délogée durant le même tour, l'Armée devant être Convoyée restera dans sa province d'origine. Une attaque ne délogeant pas une Flotte participant à un Convoi n'interrompra pas le convoi.

Si une Armée ayant été Convoyée se retrouve en situation de statu quo dans sa province d'arrivée, elle restera donc finalement dans sa province d'origine. Si une Armée qui a été Convoyée se trouve dans l'impossibilité de rester dans sa province de destination en raison d'une situation de statu quo avec une ou plusieurs autres unités, alors cette Armée doit rester sur place dans sa province côtière d'origine (elle peut toutefois être délogée de cette province par une attaque réussie). Une Armée peut être soutenue dans sa province de destination afin d'éviter une situation de statu quo.

Note : dans ce livret de règles, lorsqu'un ordre de Convoi est souligné, cela signifi e que la Flotte soulignée a été délogée. Les autres Flottes du Convoi ne seront pas soulignées, même si l'ordre ne peut plus être résolu.

Sur le schéma 21, la Flotte en Mer Tyrrhénienne est délogée, ce qui empêche l'Armée française d'Avancer sur Naples depuis l'Espagne.

Schema 21

France :
A Esp - Nap
F GLi C A Esp - Nap
F MTy C A Esp - Nap

Italie :
F Ion - MTy
F Tun S F Ion - MTy

Situations rares et délicates

Les règles que vous venez de lire devraient pouvoir vous aider à résoudre la plupart des situations qui peuvent se présenter dans une partie de DIPLOMACY. Voici toutefois quelques exceptions et quelques situations particulièrement rares qui peuvent advenir.

Auto-délogement

Une nation ne peut pas déloger ou Soutenir le délogement de l'une de ses propres unités, même si ce délogement est une conséquence inattendue. Il s'agit de la seule situation dans laquelle un Soutien normalement légal sera refusé et annulé. Toutefois, de tels ordres pourront être donnés, peut-être dans l'espoir de créer des situations de statu quo. Voici quelques exemples pour illustrer ce point de règles :

Sur le schéma 22, le joueur français ne peut pas déloger son Armée de Bourgogne avec son Armée de Paris Soutenue par l'Armée de Marseille.

Schema 22

France :
A Par - Bou
A Mar S A Par - Bou
A Bou xxx

Sur le schéma 23, l'Armée française de Paris, bien que Soutenue par l'armée allemande de la Ruhr, ne peut pas déloger l'Armée française de Bourgogne.

Schema 23

France :
A Par - Bou
A Bou - Mar

Allemagne :
A Ruh S France A Par - Bou

Italie :
A Mar - Bou

Sur le schéma 24, l'Armée allemande de la Ruhr, Soutenue par l'Armée française de Paris, ne peut pas déloger l'Armée française de Bourgogne, car le joueur français ne peut pas légalement Soutenir une attaque menée contre une de ses propres unités. Si le joueur allemand avait Soutenu lui-même son attaque (depuis Munich), alors l'Armée française de Bourgogne aurait été délogée.

Schema 24

Allemagne :
A Ruh - Bou
A Mun xxx

France :
A Par S Allemagne A Ruh - Bou
A Bou xxx

Sur le schéma 25, l'Armée allemande de Munich est en situation de statu quo avec l'armée autrichienne du Tyrol : aucune de ces deux unités ne peut donc se déplacer. Les Armées allemandes de la Ruhr et de Silésie tentent de créer un statu quo entre elles à Munich. Toutefois, de manière impromptue, l'Armée autrichienne de Bohème apporte son Soutien à l'Armée allemande qui Avance de Silésie sur Munich. Dans la plupart des cas, une attaque ainsi Soutenue serait venue à bout de l'attaque non Soutenue provenant de la Ruhr. Mais comme un joueur ne peut pas déloger une de ses propres unités, le déplacement échoue.

Schema 25

Allemagne :
A Mun - Tyr
A Ruh - Mun
A Sil - Mun

Italie :
A Tyr - Mun
A Ruh S Allemagne A Sil - Mun

L'exemple suivant vous présente une situation dans laquelle vous pourriez être amené à rédiger un ordre d'autodélogement afi n de créer une situation de statu quo. Il peut parfois s'agir d'une judicieuse manœuvre défensive.

Sur le schéma 26, le joueur anglais ne peut pas déloger ses propres unités, mais son attaque Soutenue sur le Danemark est nécessaire pour créer un statu quo avec l'assaut russe Soutenu sur la même province.

Schema 26

Angleterre :
F Dan - Kie
F Nrd - Dan
F Hel S F Ska - Dan

Russie :
A Ber - Kie
F Ska - Dan
F Bal S F Ska - Dan

Auto statu quo

Bien qu'un joueur ne puisse pas déloger ses propres unités, il peut créer une situation de statu quo en ordonnant à deux de ses unités également Soutenues d'attaquer la même province. Une telle décision est généralement prise afin de garder le contrôle de trois provinces avec seulement deux unités. Toutefois, dans une telle situation, il suffi t qu'une des attaques reçoive plus de Soutiens pour qu'elle réussisse.

Sur le schéma 27, le joueur autrichien tente de garder le contrôle de la Serbie, de Budapest et de Vienne avec deux unités, et tout en laissant Budapest vacant. Malheureusement pour lui, l'ordre « A Ser – Bud » réussit de manière inopinée, puisqu'il reçoit le Soutien inattendu du joueur russe. Cet ordre n'aurait pas réussi si une unité autrichienne avait déjà été présente à Budapest, car le joueur autrichien n'aurait alors pas pu résoudre son attaque provoquant le délogement de l'une de ses propres unités. L'ordre d'Avancer réussit donc, peu importe que le Soutien ait été ou pas désiré et qu'il provienne d'une unité de la même nation ou d'une nation différente.

Schema 27

Autriche :
A Ser - Bud
A Vie - Bud

Russie :
A Gal S A Ser - Bud

Bloquer le soutien de vos propres unités

Une attaque menée par un joueur contre une de ses propres unités ne bloque pas le Soutien. Cette règle obéit au même principe que celle de l'auto-délogement. Une nation ne peut pas déloger une de ses propres unités et elle ne peut pas non plus bloquer un de ses propres Soutiens.

Interversion de positions grâce à un convoi

Deux unités peuvent intervertir leurs positions si l'une ou les deux sont Convoyées. Il s'agit de l'exception à la règle qui disait précédemment que « des unités ne peuvent pas intervertir leurs positions sans l'aide d'un Convoi ».

Sur le schéma 28, tous les déplacements sont résolus.

Schema 28

Angleterre :
A Lon - Bel
F Nrd C A Lon - Bel

France :
A Bel - Lon
F Man C A Bel - Lon

Convoi et routes terrestres

Dans de rares situations, des ordres peuvent être rédigés d'une manière telle qu'une Armée pourrait arriver à sa destination aussi bien par voie terrestre que par le biais d'un Convoi. Lorsqu'une telle situation apparaît, référez-vous aux deux règles suivantes :

  • Si au moins une Flotte du Convoi appartient au joueur qui contrôle l'Armée, alors le Convoi est utilisé. La voie terrestre est abandonnée.
  • Si aucune des Flottes du Convoi n'appartient au joueur qui contrôle l'Armée, alors la voie terrestre est utilisée. Toutefois, le joueur qui contrôle l'Armée peut utiliser le Convoi s'il indique « par convoi » sur l'ordre de mouvement de l'Armée concernée.

Cela permet d'éviter que des puissances étrangères puissent kidnapper une Armée et la convoient contre sa volonté.

Plusieurs routes de Convoi possibles

Une Armée Convoyée disposant de la possibilité d’utiliser plusieurs ordres de Convoi parviendra à destination si au moins une route de Convoi reste ouverte. Des ordres peuvent être rédigés de manière à Convoyer une Armée par plusieurs routes différentes. Le mouvement de l’Armée ne pourra alors être interrompu que si toutes les routes sont coupées.

Sur le schéma 29, l’Armée de Londres peut Avancer jusqu’en Belgique par deux routes de Convoi différentes. Comme une seule d’entre elles est coupée, l’Armée effectue normalement son déplacement.

Schema 29

Angleterre :
A Lon - Bel
F Man C A Lon - Bel
F Nrd C A Lon - Bel

France :
F Bre - Man
F Irl S F Bre - Man

Une attaque Convoyée ne bloque pas certains Soutiens

Une Armée Convoyée ne bloque pas le Soutien apporté par une unité à une attaque menée contre une des Flottes nécessaires au Convoi. Il s’agit d’une situation délicate et particulièrement rare, mais sans cette règle (reportez-vous au schéma 30 pour mieux l’appréhender) une situation de blocage pourrait advenir.

Schema 30

France :
A Tun - Nap
F MTy C A Tun - Nap

Italie :
F Ion - MTy
F Nap S F Ion - MTy

Dans les ordres présentés ci-dessous, le joueur français pourrait prétendre que son Armée bloque le Soutien apporté par la Flotte de Naples, évitant ainsi à sa Flotte de se trouver délogée. (Le joueur français pourrait alors se baser sur la règle, « un Soutien est bloqué si l’unité apportant le Soutien est attaquée depuis une province autre que celle à laquelle est apportée le Soutien. »). Le joueur italien pourrait, pour sa part, arguer du fait que puisque la Flotte française est délogée, le Convoi est bloqué, et l’Armée française ne peut donc pas attaquer Naples et bloquer le Soutien (le joueur italien se basant sur la règle : « si une Flotte participant à un Convoi est délogée, le convoi échoue »). Puisque dans cette situation les deux règles sont contradictoires, cette spécifi cité prend le pas dans cette situation. Le Convoi est donc coupé et le Soutien n’est pas bloqué.

Deux autres situations délicates

Voici deux situations complexes impliquant les règles de routes de Convoi alternatives et d’attaque convoyée. Ces situations restent rares et n’apparaîtront pas dans la plupart des parties. Voici toutefois la manière de les gérer.

Une Armée dotée d’au moins une route de Convoi non coupée réussira à bloquer le Soutien fourni par une unité se trouvant dans sa province de destination, même si cette unité tente de Soutenir une attaque contre une Flotte faisant partie d’une route de Convoi alternatif de cette Armée.

Tant qu’il existe une route de Convoi disponible, l’Armée ainsi Convoyée pourra couper le Soutien apporté par une unité se trouvant dans sa province de destination. (Souvenez-vous : « un Soutien est bloqué si l’unité apportant ce Soutien est attaquée depuis une province autre que celle où elle apporte son Soutien. »)

Sur le schéma 31, le joueur rédige ses ordres de manière à ce que son Armée puisse être Convoyée à Naples par deux routes différentes. Le déplacement de Tunis jusqu’à Naples échoue (en raison d’une situation de statu quo avec la Flotte qui s’y trouve déjà), mais l’Armée bloque tout de même le Soutien apporté par la Flotte de Naples, car cette dernière ne coupe pas le Convoi qui passe avec succès par la Mer Ionienne. En conséquence, la Flotte venant de Rome se trouve en statu quo avec la Flotte de la Mer Tyrrhénienne.

Schema 31

France :
A Tun - Nap
F Ion C A Tun - Nap
F MTy C A Tun - Nap

Italie :
F Rom - Mty
F Nap S F Rom - Mty

Sur le schéma 32, la Flotte de Naples est délogée par l’attaque de l’Armée Convoyée depuis Tunis et Soutenue par l’Armée d’Apulie. Comme l’Armée venant de Tunis pouvait accéder à Naples par la Mer Ionienne, la Flotte de Naples ne Soutenait donc pas une attaque contre la Flotte qui, au final, permettait le Convoi de l’Armée. Le Soutien est donc bloqué.

Schema 32

France :
A Tun - Nap
F Ion C A Tun - Nap
F MTy C A Tun - Nap
F Apu S A Tun - Nap

Italie :
F Rom - MTy
F Nap S F Rom - MTy

Note : si les ordres italiens avaient été inversés, alors la Flotte de Mer Tyrrhénienne aurait été délogée et la Flotte de Naples serait allée occuper la Mer Tyrrhénienne.


« Précédent   Suivant »